Annecy : les vautours du malheur

par Laurent Joffrin |  publié le 08/06/2023

La droite et l’extrême-droite se sont jetées sur l’agression barbare d’Annecy, non pour soutenir les victimes, mais pour marquer des points électoraux.

C’était plus fort qu’eux. Passé le délai de décence qu’ils se sont imposé à grand-peine après l’ignoble attaque au couteau d’Annecy – trois minutes trente environ – leur obsession anti-immigrés a repris le dessus, dans un irrépressible débondage.


Le sort des enfants ? L’abyssale peine des familles ? La barbarie de l’agresseur ? Des points de détail de l’histoire… Non, il fallait aller à l’essentiel : la culpabilité proclamée du gouvernement, la politique migratoire qui laisse les assassins agir à leur guise, l’ouverture criminelle des frontières, la responsabilité morbide de l’Union européenne, etc. L’émotion devant l’ignominie était là, l’assassin était un réfugié, l’opinion était réceptive : il fallait en faire son miel pour marquer quelques misérables points politiques.

D’où un festival d’approximations, d’accusations gratuites et de bêtise nationaliste organisé par la droite et l’extrême-droite. « L’assaillant, vêtu de vert, coiffé d’un turban, tweete Olivier Marleix, patron des députés LR, serait un demandeur d’asile syrien. L’immigration massive incontrôlée tue ». Apparenté LR, son collègue Meyer Habib évoque une « suspicion d’attaque terroriste djihadiste »

En fait, l’assaillant porte une croix, se présente comme chrétien et crie « in the name of Jesus » quand il passe à l’acte. Aucune vérification, donc, aucune précaution. Sans rien savoir, on met tout sur le dos de l’islam. Si ce n’est toi, c’est donc ton frère musulman…


Président du RN, Jordan Bardella attaque bille en tête l’exécutif : « on doit se donner les moyens d’agir et de reprendre le contrôle d’une situation qui échappe au gouvernement. » Sa collègue, Laure Lavalette, députée RN du Var fustige « l’impuissance intolérable de Gérald Darmanin ». En fait, l’assaillant a été admis comme réfugié… dix ans plus tôt par la Suède, il circulait en Europe légalement et venait de voir sa demande d’asile en France rejetée.

Autrement dit, l’actuel gouvernement n’a rien à voir avec l’arrivée de ce Syrien en Europe et n’a rien fait pour l’admettre en France, au contraire. Pas grave : on dira que c’est la faute de l’État français, seuls les pointilleux iront vérifier…


La palme revient enfin à Éric Zemmour, héraut de la xénophobie en mal de reconquête médiatique. Sans un mot pour les victimes, il dénonce à l’avance le procès en récupération qui lui sera fait (bien vu…) et parle de « francocide ».

En fait de « francocide », on apprend que l’un des enfants victimes est de nationalité néerlandaise et un autre britannique. Il se trouve, en effet, que les assassins ou les terroristes ne s’arrêtent pas à la nationalité et s’attaquent à toutes sortes de gens. Insondable stupidité du concept bidon de « francocide ».


On arrêtera ici les frais pour laisser la classe politique de droite et d’extrême-droite à ses démons. Et, pour parler d’immigration – ce qui est par ailleurs légitime – on attendra que cette braderie obscène du malheur se soit un peu calmée…