Anselm Kiefer : artiste du désastre

par Yann le Bechec |  publié le 25/11/2023

Le LaM à Lille révèle le rôle essentiel de la photographie dans l’œuvre d’Anselm Kiefer, 130 photographies, moins connues que ses peintures, livres et installations

Anselm Kiefer

D’Enfant du désastre né en 1945 à Donaueschingen (Bade-Wurtemberg) au milieu des ruines de l’Allemagne nazie vaincue, Anselm Kiefer est devenu avec une puissance rare : l’Artiste du désastre. 

Dans la plaie industrielle définitivement ouverte qu’est le monde après Auschwitz, fouiller ses décombres sans relâche est une manière de survivre. Expression concrète de ce que peut être « le travail de mémoire » par un plasticien qui, à l’instar de la barbarie sans cesse renaissante, travaille à tous les niveaux dans le hors limite, la démesure. 

Hors limite par les matériaux utilisés, les formats géants, la taille des installations aux multiples effets de désolation qu’il ne représente pas de façon fictive, mais présente sous forme de réalité tangible. Travail permanent d’exhumation à mains nues de la mémoire dévastée de l’Allemagne comme du monde occidental qu’il parvient à ne jamais laisser dériver vers le divertissement, la joliesse esthétique et l’agréable. 

Cette exposition révèle le rôle essentiel de la photographie dans la construction de cette œuvre inclassable et courageuse, intimidante par sa puissance, unique et singulière en tout, dès ses débuts dans les années soixante.

LaM (Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut) du 6 octobre 2023 au 3 mars 2024 

 +33 (0)3 20 19 68 68