Bethléem : enquête sur une étoile

par Jacques Treiner |  publié le 23/12/2023

Selon la tradition, les Rois Mages furent guidés vers Jésus par une étoile. Le mythe est-il compatible avec une observation astronomique documentée ?

Dessin de l'étoile de Bethléem à l'aide de bougies sur la place Manager, devant l'église de la Nativité, dans la ville de Bethléem, en Cisjordanie, le 23 mars 2013, à l'occasion de l'Heure de la Terre, qui a eu lieu pour la première fois en Palestine - Photo by MUSA AL-SHAER / AFP

Les Évangiles 

Pour Matthieu, Jésus est né au temps du roi Hérode, et des rois mages, venus d’Orient, alertés par l’apparition d’une étoile, viennent pour voir « le roi des Juifs qui vient de naître ». Hérode leur demande de trouver l’enfant, à Bethléem. Les mages, guidés par l’étoile, trouvent l’enfant, lui rendent hommage (or, encens et myrrhe), et décident de ne pas retourner vers Hérode.

Luc, pour sa part, indique que Joseph et Marie se rendent à Bethléem pour le recensement, rendu obligatoire par un édit de l’empereur romain César Auguste. Des bergers, gardant leurs troupeaux durant les veilles de nuit, sont avertis par un ange, et se rendent à Bethléem où l’enfant naît.

Des indicateurs historiques

Selon l’historien Flavius Josèphe, Hérode meurt peu après une éclipse de Lune visible depuis Jéricho, avant la Pâque juive qui a lieu en mars-avril. La seule date qui convienne est l’éclipse de Lune du 13 mars de l’an – 4. Si Hérode est mort en – 4, Jésus n’a pas pu naître en l’an 0. L’ordre donné par Hérode de tuer tous les enfants de moins de deux ans indique, compte tenu d’une marge de sécurité, que la naissance de Jésus date d’environ -5 ou -6.

Quel calendrier utiliser ?

En 525, le pape Jean 1er chargea un moine, Denys le Petit, d’une réforme calendaire. Denys décida de baser le nouveau calendrier sur l’année de naissance de Jésus. Pour effectuer ce changement d’origine, il lui fallut placer cette date dans la chronologie du calendrier romain.

Mais il commit deux erreurs. D’une part, il passa directement de – 1 à l’an +1 en oubliant l’année 0. D’autre part, il oublia quatre années pendant lesquelles César Auguste régna sous le nom d’Octave. Cela fait au total cinq ans de décalage par rapport à notre calendrier. Ce n’est qu’en 1605 qu’un érudit polonais, Laurent Suslyga, signala l’erreur. Jésus est donc né en l’an 5… avant Jésus-Christ.

Mais Jésus est-il né un 25 décembre ?

La première mention historique du 25 décembre date de l’an 336. C’est la récupération de la fête, traditionnelle à l’époque, du Soleil invaincu, associée au solstice d’hiver qui marque le début du rallongement de la durée du jour. Mais un autre indice réside dans l’indication de Luc concernant les bergers. En décembre, les bergers ne surveillent pas les moutons pendant la nuit, car il fait trop froid à Bethléem qui est à 800 mètres d’altitude. Jésus est donc probablement né en avril ou en mai.

Quelle étoile a guidé les rois mages ?

Voyons ce que l’art et l’astronomie nous apprennent.

Giotto : dans son Adoration des Mages, Giotto a peint une comète. Probablement la comète de Halley, visible en 1301. Mais ce n’est pas un bon candidat. En effet, elle revient tous les 76 ans et fut observée du 26 août au 20 octobre de l’an – 12 par des astronomes chinois : ça ne colle pas avec l’année de naissance de Jésus.

Nova ou supernova : les novae sont des étoiles dont la brillance augmente très rapidement pendant quelques jours, les supernovae sont des étoiles massives qui terminent leur vie en une explosion qui peut les rendre aussi brillantes qu’une galaxie pendant quelques semaines. Nous connaissons 8 événements antérieurs à l’année 0, répertoriés par des astronomes chinois : printemps -532, août-septembre -204, juin-juillet -134, octobre-novembre -77, mai-juin -76, mai – 48, juin-juillet – 47, et enfin, en mars-avril de l’an -5 !

Le printemps, ça colle : voilà donc le bon candidat pour l’étoile de Bethléem, l’explosion d’une étoile massive en fin de vie !

S’il a existé, Jésus est donc né au printemps de l’an 5… avant lui-même.