Booba, le mauvais rap du complot

par Yoann Taieb |  publié le 03/02/2024

Le précurseur du hip-hop français, en pleine dérive, se sert de sa notoriété pour propager des délires antivax ou insulter des médecins. Sans oublier quelques relents antisémites

Le chanteur de rap français Booba se produit sur scène lors du 29e festival de musique rock des Eurockéennes, en juillet 2017 à Belfort, dans l'est de la France- Photo Sebastien Bozon / AFP

Presque 30 ans de carrière, Élie Yaffa, alias Booba, ne fait plus parler de lui pour sa musique. Hyperactif sur Twitter et Instagram, fort de millions d’abonnés, il a d’abord mené un combat implacable contre les « influenceurs », ces starlettes sans talent qui faisaient la promotion de produits et opérations bidons auprès d’un jeune public. Booba les a qualifiés d’ « influvoleurs », le nom a fait florès. Ses tweets ont conduit à une réglementation bien plus sévère, qui a « tué le business » selon certains influenceurs. Booba, redresseur de torts.

Dopé par ce rôle de justicier qu’il adore, Booba a commencé à aborder des sujets tels que la science, la médecine, les vaccins. Là, la chose est devenue plus complexe… Le 18 janvier, il provoque un tollé en traitant d’« assassin » un cancérologue qui pointait du doigt des propos de Didier Raoult sur les vaccins anti-Covid. Il partage une vidéo de Marc Doyer, complotiste antivax depuis 2020, discutant d’une théorie du Pr Raoult établissant un lien potentiel entre les vaccins à ARN messager et la maladie de Creutzfeld-Jacob, connue sous le nom de « maladie de la vache folle ».

Harcèlement et insultes

Marc Doyer explique depuis des années que sa femme aurait contracté la maladie après avoir reçu une dose de vaccin anti-Covid. La veille, Raoult annonçait qu’il allait détailler « comment les [vaccins] ARN injectés ont produit des protéines inconnues qui expliquent, peut-être, la survenue imprévue d’encéphalopathie de type Creutzfeld-Jacob liée aux prions fabriqués à cette occasion ». Booba commente : «  Je sais qu’il dit la vérité et vous le savez aussi. Beaucoup trop de gens sont dans son cas. Ouvrez les yeux c’est maintenant ou jamais. » Dérapage.

Un cancérologue, Jérôme Barrière, lui répond  : « Vous partagez un contenu dépourvu de toute base scientifique solide. Votre compte est suivi par des millions de personnes. Ne pensez-vous pas qu’il serait judicieux de faire preuve de prudence avant de donner votre avis sur un sujet que vous ne maîtrisez pas ? » Et il accable Raoult : « C’est déplorable et honteux» . Booba insulte alors le médecin : « Imbécile ! », « Ferme la assassin! ». Depuis, le cancérologue subit une vague de harcèlement par des anonymes en ligne qui l’accusent d’être partie intégrante du… « complot des vaccins. » Booba, chanteur de rap, s’est autopromu scientifique. Mégalomanie.

Booba, rappeur paumé

Depuis cet épisode, Booba persiste : « L’humanité montre des signes de libération de la matrice (NDLR le système dans lequel nous serions tous emprisonnés), il y a maintenant une guerre suprême entre nos maitres et ceux qui veulent nous libérer. » Là, on frise le délire mystique.

À propos de Tristan Mendès-France, descendant de Pierre et auteur, chercheur, traqueur de fake news, le rappeur tweet en faisant un jeu de mots douteux « néfaste : nez faste », allusion au supposé gros nez de Tristan. Un des grands classiques de l’antisémitisme. La ligne rouge est franchie.

Utile quand il a lutté contre le sale business des influenceurs et artiste reconnu, l’homme, depuis, s’est perdu… Adieu Booba.