Lénine a 100 ans

par Yoann Taieb |  publié le 27/01/2024

Ce dimanche 21 janvier a marqué l’anniversaire de la mort du fondateur et idéologue de l’URSS, Lénine. L’occasion de revenir sur son parcours et ses idées dans deux livres

Des visiteurs portant des casquettes et des foulards rouges, symboles de l'Organisation des jeunes pionniers créée en Union soviétique pour les enfants de 10 à 14 ans et visant à promouvoir l'idéologie communiste, à côté de la tour de télévision Ostankino, à Moscou, le 22 juillet 2019- Photo d'Alexander NEMENOV / AFP

Parmi les noms qui ont marqué le vingtième siècle, il est certain que celui de Vladimir Illich Oulianov, dit Lénine, trône parmi les premiers cités. Idéologue, révolutionnaire bolchévique ayant mis à bas la Russie des Tsars, il a, en quelques années, changé le monde. « Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire » écrivait-il. C’est pourquoi il travailla et conspira jusqu’à devenir le « grand guide de la révolution russe ».

Depuis la chute de l’URSS, la parution du « livre noir du communisme » et la « fin de l’histoire », d’aucuns ont pensé que le marxisme-léninisme était définitivement vaincu et obsolète. A l’occasion du centenaire de la disparition du leader bolchevique, deux livres, proposés par les Éditions sociales (anciennement affiliées au PCF) reviennent sur son parcours et l’interrogent dans une époque où le citer comme référence est rarissime.

Le premier est écrit par Marina Garrisi, éditrice et spécialiste du marxisme. Elle propose dans la collection Les Propédeutiques, « Découvrir Lénine », un ouvrage pédagogique permettant de découvrir la pensée de Lénine et d’aborder des questions d’actualité telles que le parti, la guerre, la révolution, les élections, la question nationale et la bureaucratie. C’est un ouvrage qui permet d’apprendre que Lénine était un stratège du pouvoir et de la conquête de ce pouvoir politique qu’il envisage toujours de façon révolutionnaire, c’est-à-dire par la lutte des classes.

Pour lui, seules les « masses », les « prolétaires » sont capables de renverser un système qu’il définit comme étant bourgeois, c’est-à-dire aux mains d’une « classe sociale capitaliste moderne possédant les moyens de production et employant le salariat grâce auquel elle tire une plus-value. » En cela, son approche est très différente de la majorité des partis de gauche modernes qui ne se positionnent plus ainsi, mais prônent une conquête pacifique et une « coopération » entre les classes sociales. Le seul parti actuel ayant une approche similaire reste celui des insoumis.

Pour Jean-Luc Mélenchon, LFI doit diriger la « classe ouvrière » incapable de le faire d’elle-même. Cependant, bien des léninistes et authentiques marxistes rejettent les idées de Mélenchon et son projet dans la mesure où la classe ouvrière n’existe plus et que le prolétariat n’est plus ce qu’il était. Tout comme son projet réel est uniquement de réformer les institutions, mais pas d’opérer une révolution.


Le second livre de Lars Lih, éminent spécialiste du bolchévisme, de l’URSS et de Lénine, intitulé « Lénine, une enquête historique », revisite l’interprétation du parcours de Lénine, telle qu’elle est habituellement présentée par les historiens et les militants. Il situe Lénine dans son contexte historique en le dépeignant comme le chef de la social-démocratie révolutionnaire russe, le « vojd » originel. L’analyse de l’auteur cherche à démontrer comment sa vision centrale de la société russe a été déterminante pour sa victoire et met en lumière le fait que Lénine a travaillé en collaboration avec d’autres leaders majeurs et non pas seulement en solitaire convaincu de son génie.

Ce livre est aussi une façon de replonger dans la pensée marxiste et de mettre de côté tous les poncifs et attaques simplistes réduisant la théorie au massacre indifférencié d’innocents. Bien sûr, il faut prendre garde en lisant ce livre et avoir en mémoire toutes les fautes, les crimes et les failles du système soviétique et de ses dirigeants. La Glasnost est passée par là, mais, alors que l’on s’interdisait d’en discuter, ces deux livres permettent d’ouvrir le champ des connaissances et de s’y plonger.

Surtout que Poutine dénonce les erreurs d’un Lénine qui a mis en place une URSS décentralisée et fédérale, donnant alors une consistance au sentiment national ukrainien. Lénine, mort il y a un siècle et si actuel.

Découvrir Lénine par Marina Garrisi, éditions sociales

Lénine, une enquête historique par Lars Lih, éditions sociales