« Radicalité »

par Yoann Taieb |  publié le 24/07/2023

Dico Politique: un outil pour retrouver le sens des mots, leur évolution, leur sens caché. Savoir de quoi on parle en politique. Et se comprendre

Dico Politique

Mot fréquemment utilisé pour discréditer une pensée en la qualifiant d’excessive ou de violente. La radicalité est assimilée à l’extrémisme dans notre langage habituel. Dans le champ politique, ce mot peut être employé pour exprimer l’urgence d’un constat ou l’intransigeance d’un combat.

Le terme « radical » tire ses origines du latin »radicalis », dérivé de « radix, radicis » signifiant « racine ». Depuis le XVe siècle, il est utilisé pour évoquer ce qui est profondément lié à l’essence même d’un être ou d’une chose, donc ce qui est fondamental (Dictionnaire historique de la langue française).

Dans l’histoire politique française, le radicalisme était un courant du 19e siècle, situé à l’extrême-gauche qui rassemblait les plus ardents défenseurs de la République, de l’héritage de 1789, de la révolution et de ses avancées. Ils prônaient pour une rupture totale avec l’Ancien Régime. Parmi les personnalités éminentes du parti radical, on retrouvait Clemenceau ou Pierre Mendès-France.

La radicalité en politique séduit de nos jours grâce à son apparence de discours authentique. La défiance envers les responsables politiques est telle, aujourd’hui, que les discours radicaux, transgressifs, choquants ou brutaux sont désormais considérés comme la garantie d’une parole sincère. Les individus revendiquant ouvertement leur radicalité donnent l’impression d’être authentiques, de ne pas se cacher et plaisent à l’électorat.

La radicalité signifie aussi le refus de tout compromis. Les responsables politiques et partis qui adoptent cette stratégie exigent que leur projet soit appliqué sans la moindre concession qui serait, alors, perçue comme une faiblesse.