Raoult : le protocole qui tue

par Laurent Joffrin |  publié le 04/01/2024

Selon une étude publiée par une revue scientifique, l’hydroxychloroquine est responsable de la mort de milliers de personnes. Brillant résultat du populisme sanitaire…

Ils ont bonne mine, les sectateurs de Didier Raoult, les contempteurs de la « science officielle », les dissidents de l’orthodoxie médicale soi-disant armés de leur indépendance d’esprit, les procureurs de « Big Pharma » qu’ils accusaient de dénigrer l’hydroxychloroquine par ce qu’elle n’était pas assez rentable, bref tous les illuminés de la secte raoultienne maraboutés par le populisme sanitaire.

Non seulement il est aujourd’hui établi que le « protocole Raoult », défendu avec toute la morgue possible par son mégalomaniaque auteur, n’était pas plus efficace contre le Covid que les bains de siège contre le cancer. Non seulement les enquêtes journalistiques ou médicales ont jeté une lumière crue sur les agissement louches d’une équipe d’hurluberlus diplômés qui pratiquait au sein de l’IHU de Marseille des essais thérapeutiques sans en respecter les règles élémentaires. Mais voici qu’une étude française présentant toutes les garanties, publiée mardi 2 janvier par la revue Biomédecine & Pharmacotherapy, nous apprend que l’hydroxychloroquine administrée à tort et à travers sur la foi des péremptoires certitudes de Raoult a causé la mort de milliers de personnes.

Les chiffres sont incertains, mais le phénomène n’est pas douteux. Très honnêtement, les auteurs de l’étude avancent prudemment leurs estimations, qui vont de 3000 à 17 000 morts supplémentaires qu’on aurait pu éviter, causées, dans les six pays étudiés par cette médication foireuse. Laquelle a été cautionnée de toute une série de politiques égarés, de célébrités abusées, de fanatiques guignolesques qui couraient les plateaux de télévision pour y déverser leurs billevesées et même, dans un moment d’égarement démagogique, par le président de la République lui-même.

Telle est la morale de cette lamentable affaire où, l’espace d’un printemps, une bonne partie de la planète, dans un prurit moyenâgeux, a été pris de folie obscurantiste en écoutant le faux prophète Raoult agiter comme des amulettes ses boîtes de comprimés d’hydroxychloroquine. Plusieurs milliers de morts à la clé, et même beaucoup plus si l’on en croit certains analystes médicaux. Rappelons par comparaison que le Mediator, ce médicament prescrit à tort sur les instances des laboratoires Servier – et qui a abouti à leur condamnation en justice – a provoqué un nombre de morts évalué entre 1000 et 2000. Raoult-Servier, même combat ?