Victoire de la culture sur le COVID !

par Jérôme Clément |  publié le 13/01/2024

Musées, cinéma, théâtre, monuments nationaux, festivals… quatre ans après la pandémie, les Français ne toussent plus et ont retrouvé un bel appétit culturel

Des femmes prennent des photos avec leur téléphone portable d'une affiche de street art, de l'artiste français Big Ben, représentant la Joconde de Léonard de Vinci tenant un téléphone portable, affichée sur un mur du musée du Louvre à Paris- Photo Dimitar DILKOFF / AFP

Il aura fallu quatre ans pour que la fréquentation culturelle retrouve son niveau d’avant Covid. Tous les musées sont en progression, à commencer par le Louvre qui, avec 14 % de plus que l’an dernier, approche les 9 millions de visiteurs : 30 000 par jour ! Versailles se situe dans la même zone ,8 millions de visiteurs, avec 18 % d’Américains. Il en est de même du musée du quai Branly, qui connaît une hausse de 40 %. La palme revient avec l’exposition Manet- Degas qui a réuni près de 700 000 visiteurs à Orsay et à l’exposition ‘ Surréalisme au féminin ‘au musée de Montmartre avec 110 000 entrées en cinq mois, remarquable résultat. En région, le Louvre Lens dépasse ses scores de 2019 et la plupart des musées, de Lille à Nice, sont sur la même tendance.

Quant aux monuments nationaux, ils ont augmenté de 15 % avec 11 millions de visiteurs : les monuments phares restent le Mont-Saint-Michel, le Panthéon, et l’Arc de Triomphe, mais même la nouvelle cité internationale de la langue française à Villers-Cotterêts a reçu 30 000 visiteurs en deux mois et la BNF Richelieu, nouvellement rouverte, 1,5 million de visiteurs en quatre mois !

Il en est de même au cinéma : 180 millions de spectateurs démentent tous les augures prétendant que les séries, regardées chez soi, signeraient la fin des salles de cinéma. Ce ne sont pas encore les 200 millions de 2019, mais l’on s’en rapproche, 19 % de hausse. Et le cinéma français fait quasiment jeu égal avec l’américain, soit 40 % et 20 % pour le reste du monde. Si Oppenheimer de Christopher Nolan obtient plus de 4 millions de spectateurs, l’Anatomie d’une chute et Le règne animal ont dépassé le million.

Cette situation est d’autant plus remarquable que ce n’est pas le cas ailleurs : l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Italie, la Corée du Sud, la Chine restent à 20 % en dessous de2019. Seul le Japon connait une situation comparable à la France.

On ne peut que se réjouir de l’appétit culturel des Français. Nous ne disposons pas encore des chiffres du livre, mais la librairie a correctement fonctionné. Mais l’on peut observer que les festivals de l’été, partout en France, cinéma, théâtre, arts de la rue ou musique ont été partout extrêmement dynamiques. La vive compétition entre les 4 villes candidates à être capitale de la culture (Bourges, Montpellier, Clermont-Ferrand et Rouen) en 2028 l’a également démontré .

Voilà qui montre, une fois de plus la place que la culture a dans notre vie et dans notre société française. Beaucoup d’élus l’ont compris, heureusement, même si les moyens sont souvent insuffisants notamment à cause de l’inflation qui lamine les budgets des petits établissements. Un secteur dynamique donc, mais fragile, essentiel pour nos concitoyens, surtout en cette période anxiogène, et qui mériterait une politique culturelle ambitieuse et déterminée. Là, la bataille n’est pas encore gagnée. Et le COVID n’y est pour rien.